3) Choc culturel: Beaucoup de gens vivant dans une culture substantiellement différente de la leur font l'expérience d'une désorientation psychologique. Cette désorientation psychologique est décrite comme un choc culturel. C'est le fruit des différences de normes culturelles, de règles, de compréhension. d'évidences et d'identités. Le choc culturel a certains effets. Les expatriés souffrant de ce choc ressentent un sentiment de désorientation et de déracinement, la nostalgie du pays, l'hostilité et les stéréotypages envers les ressortissants de la nouvelle culture, l'incertitude pour le futur, l'irritabilité, l'excès de sommeil, le retrait et l'ennui, l'appétit compulsif, et même la dépendance à l'alcool. De plus, les expatriés subissant ce choc culturel ressentent que les comportements, stratégies et attitudes qui seraient nécessaires pour atteindre les objectifs ne fonctionnent pas dans ce nouveau contexte culturel et peuvent être même très mal perçus dans la nouvelle culture. Le choc culturel passe par différentes étapes: dans la première étape, il est ressentit comme étant séduisant. Puis il est mal considéré et enfin on le regarde bizaremment. Les expatriés qui ressentent un choc culturel réagissent différemment à cet égard: a) certains supposent que le problème vient des personnes du pays hôte et non pas d'eux-mêmes, b) d'autres surévaluent leur culture d'origine et exagèrent sur ses avantages, c) certains expatriés décrivent leur propre culture du point de vue moral comme étant polie, rationnelle, etc. et d) d'autres enfin sous-estiment leur nouvelle culture.

 

Le choc culturel arrive essentiellement parce que nous percevons les différences qui peuvent être dûes aux facteurs suivants: a) pays, b) race, c) sexe, d) âge, e) occupation, f) religion, g) valeurs et h) normes. Ainsi, on peut définir le choc culturel comme une réaction typique aux différences dans un contexte étranger. Pour surmonter le choc culturel, il est important de faire un effort conscient et constant pour comprendre la culture du pays d'accueil, ses habitudes, ses normes, son mode de vie et si possible même sa langue. Bien entendu il est impossible d'apprendre toutes les langues en usage dans le monde, mais se familiariser avec certaines langues ouvre l'esprit pour une meilleure compréhension des différences. Il faut être également conscient du fait que chaque personne prend sa propre culture pour acquis dans la mesure où elle devient invisible à l'égard de soi-même et reste profondément ancrée au niveau émotionnel. Ceci conduit à considérer sa propre culture comme mesure morale de toutes choses. Il est nécessaire d'avoir bien conscience de ces différences. Sinon, ceci se reflètera dans notre communication non verbale et notre comportement subconscient, jusqu'à susciter à nos homologues, que nous n'acceptons pas leur culture. Ceci conduit à des erreurs fatales non seulement dans les contextes professionnels internationaux mais aussi dans les milieux diplomatiques.

 

Nous pouvons aider nos clients à apprendre à connaître leurs propres normes culturelles et à se montrer critiques vis-à-vis de leur réponses automatiques et en même temps à comprendre les différences dans autres cultures. Une connaissance interculturelle solide doit permettre une personne qualifiée de pouvoir s'engager dans chaque culture étrangère et de se sentir comme appartenant à cette culture. Les diplomates professionnels l'ont démontré plusieures fois.

© M.Khorasani Consulting